Découvrir Chartres

Chartres en lumières

Chartres en lumières : découvrez le patrimoine chartrain mis en lumière.

De la cathédrale aux bords de l’Eure, Chartres en lumières, ce sont 24 sites illuminés dès la tombée de la nuit jusqu’à 1 heure du matin. Depuis 2003, Chartres en lumières met en valeur le patrimoine chartrain pendant 6 mois d’avril à octobre.

Eglise Saint-Pierre - Copyright ça va être beau- Photo Cité Patrimoine - Office de Tourisme de Chartres
Eglise Saint-Pierre – Copyright ça va être beau- Photo Cité Patrimoine – Office de Tourisme de Chartres
Portail Nord de la Cathédrale - Crédits Scénographie Spectaculaires les Allumeurs d'Images - photo M Guillon
Portail Nord de la Cathédrale – Crédits Scénographie Spectaculaires les Allumeurs d’Images – photo M Guillon

Chartres en Lumières 2017 aura lieu du 8 avril au 7 octobre 2017.  Spectacle unique au monde, cet événement met en valeur un patrimoine architectural exceptionnel. Chartres en lumières est la plus grande opération de mise en lumière patrimoniale, par le nombre de ses sites et sa durée. Des scénographies qui habillent ainsi de lumière les lieux emblématiques de la ville, dans un environnement sonore dédié.

En effet, l’événement présente la prouesse du plus grand nombre de sites scénographiés (24), ceci sur la période la plus longue (six mois), tous les soirs, d’avril à octobre.

De nombreux artistes scénographes de renommée internationale signent la réalisation de ces spectacles originaux et poétiques. Ainsi, vous retrouverez Spectaculaires, les Allumeurs d’images, Enluminures, Ondine et “Ça va être beau”, le collectif Artway et les artistes Camille Gross et Olivier Margemans qui signent la dernière née des scénographies présentées : Luna, dans les jardins de l’évêché (actuel musée des Beaux-Arts).

Chartres en lumières - Luna - Copyright Camille Gross Olivier Magermans
Luna – Création Camille Gross Olivier Magermans
Luna - Création Camille Gross Olivier Magermans
Luna – Création Camille Gross Olivier Magermans

Mes visites Chartres en lumières

Pendant toute la saison, je propose avec l’Office de Tourisme des visites guidées du parcours Chartres en lumières. Ainsi, je vous emmène le vendredi pour une visite de la crypte à la lueur de la bougie ou le samedi pour un parcours plus long qui vous permettra de découvrir la plupart de nos scénographies.

Alors, n’hésitez pas à franchir le pas pour cette découverte unique et exceptionnelle !

Plus d’information sur les sites :

Le château d’If à Chartres

Saviez vous que le château d’If était à Chartres ? Il s’agit d’un immeuble construit à la fin du 19e siècle (1874) sur les ruines des anciens remparts de Chartres.

La Poterne de Launay
La Poterne de Launay

Il intègre admirablement l’ancienne poterne d’accès à la ville à cet endroit : la Poterne de Launay.

1874
Poterne de Launay – Anciens remparts de Chartres en 1874

Vous remarquerez d’ailleurs que cette poterne était véritablement situé au niveau de l’Eure. Le pont qui se trouvait à ce niveau (notre pont de la Courtille actuel) s’appelait le pont qui tremble. Il était en bois et j’imagine que les chartrains et visiteurs d’alors hésitaient à l’emprunter !

L’affaire Chasles – Vrain Lucas

chaslesJe l’avais évoqué lors de ma dernière visite sur les chartrains célèbres ; s’il y en a bien un qui m’a totalement amusé dans mes recherches, c’est peut être le plus savant de nos chartrains mais également le plus naïf : Michel Chasles.
Tout le monde a en tête le fameux théorème ou la relation de Chasles (plus facile pour les pas doués en maths dont je suis) et petit plus à son actif : il a inventé le terme homothétie (point invariant)… bref, je ne suis pas là pour faire des mathématiques, mais pour vous parler d’un fait divers qui a passionné le monde scientifique et bien entendu, tenu en haleine les amateurs d’affaires croustillantes.

 Denis_Vrain-LucasNommons le deuxième protagoniste de ce que nous appellerons l’affaire “de la collection Chasles” : il s’appelle Denis Vrain Lucas. il est de Châteaudun (encore un eurélien !). Chasles est un collectionneur d’autographes et de lettres. En 1862, Vrain Lucas se présente chez lui et lui propose une lettre de Molière. Chasles enthousiaste en fait l’acquisition et Vrain-Lucas, fort de cette première approche, lui signale qu’il y en a d’autres… et d’autres… et d’autres. Vrain-Lucas vend ici un sauf conduit de Vercingétorix à Pompée (écrit en parfait français !), une lettre de Jeanne d’Arc aux Parisiens (elle n’avait que ça à faire !), une correspondance enflammée de Cléopâtre à César, d’Alexandre à Aristote… et j’en passe et des meilleurs.
Vercingétorix_à_PompéeJe précise : toutes ces lettres sont en français et notre scientifique local n’en paraît même pas étonné. Les choses vont être rendues publiques en raison de l’enthousiaste de Chasles. Vrain Lucas lui a vendu une lettre de Pascal à Newton disant que c’est lui et non l’anglais qui a découvert l’attraction universelle le premier. Le tout divise Paris…. et évidemment met au jour la plus belle escroquerie d’un esprit scientifique.
J’avoue que j’ai totalement résumé cette affaire qui mériterait véritablement une conférence tant elle est drôle et riche en anecdotes.

Sacré Chasles !

Vitrail Sainte-Barbe – Eglise Saint-Aignan

Pour célébrer la Sainte-Barbe ce 4 décembre, voici une photo du vitrail qui évoque la Sainte dans l’église Saint Aignan. Ce vitrail est caractéristique de l’art du vitrail renaissance. Il date de 1515 – 1520. Sainte Barbe est surtout la patronne des pompiers mais également des polytechniciens. C’est le jour où traditionnellement, on mettait à germer des grains de blé dans 3 coupelles qui représente la Trinité. Ce blé germé sera ensuite placé le 25 décembre dans la crèche

Utrillo et Chartres

MêmeUtrillo rue du bourg si le fils de la grande Suzanne Valadon était un pur enfant de Paris et de Montmartre, Maurice Utrillo aimait beaucoup Chartres : peut-être que nos tertres lui rappelaient sa place… et que le décor chartrain du début du 20e siècle évoquait clairement son quartier d’enfance.

Utrillo Saint-AignanQuoiqu’il en soit, en faisant des recherches pour préparer une visite du quartier Saint-Aignan, j’ai trouvé ces différents tableaux : le premier représentant l’église St Aignan date de 1937.

Utrillo CathedraleLa cathédrale a été réalisée en 1923 (regardez les maisons sur le côté du parvis !).

Le plus insolite est le 4e : vue du clocher de Saint-Aignan (inachevé) et du tertre du même nom.

utrillo tertre

Et bien sûr, ma photo principale représente l’Escalier de la Reine Berthe, source d’inspiration pour de nombreux peintres.

Auguste Préault : quelques sculptures

Auguste Preault

“Tuerie” au Musée des Beaux-Arts de Chartres

La période romantique est souvent très méconnue pour la sculpture quand on étudie l’histoire de l’art. Elle révèle cependant de véritables bijoux. J’ose le dire : ma sculpture favorite de cette période se trouve au musée de Chartres (non ! je ne suis pas chauvine) même si elle n’est pas visible actuellement. Il s’agit de Tuerie d’Auguste Preault.

tuerie-preaultAvec cette oeuvre créée en 1834, Préault se démarquait et montrait un côté avant-gardiste qui rebutait les “classiques” de l’époque. Regardez la bien : elle aborde la violence, la rage, d’une manière totalement moderne. Proche de Guernica de Picasso et pourtant un siècle les sépare : les visages sont traités sans complaisance, montrant toute la folie de la tuerie. Cette oeuvre aura apporté à Préault de la méfiance… On qualifia son oeuvre de “grotesque”.

ophelie preaultAlors que Ophélie, au traitement tout aussi moderne, lui a amené la reconnaissance. Je vous ai également mis la statue de notre général Marceau Place des Epars.

Auguste Preault : l’artiste

Mais qui était Auguste Préault ? Cet artiste parisien (il est né à Paris en 1809) était d’origine modeste. Son esprit passionné l’avait entraîné dans le sillage des romantiques et de Hugo lors de la fameuse bataille d’Hernani en 1830. C’est seulement après le salon de 1849 que sa carrière connaîtra un certain succès. En 1997, le Musée d’Orsay lui avait consacré une exposition rétrospective bien méritée.